Avertir le modérateur

04/07/2010

«Dès qu'une confession est attaquée, c'est la France entière qui s'en trouve blessée»

«Dès qu'une confession est attaquée, c'est la France entière qui s'en trouve blessée», a affirmé, vendredi, le ministre français de l'Intérieur, M. Brice Hortefeux, lors d'une cérémonie de mémoire et de recueillement au cimetière Nord de Strasbourg (Est) à quelques jours de la profanation du carré musulman.


La dégradation de 18 tombes du carré musulman de ce cimetière, dans la nuit du lundi à mardi dernier, avait été vivement condamnée par la classe politique et les représentants des trois religions en France.

«Trop souvent les musulmans de France sont la cible d'agressions inadmissibles», a ajouté le ministre, également en charge du Culte, lors de cette cérémonie, qui s'est déroulée en présence d'une centaine de personnes venues se recueillir sur ces tombes.

Dénonçant vigoureusement la multiplication «inadmissible» des agressions contre les musulmans de France, M. Hortefeux a fustigé le racisme qu'il a assimilé à un «repli sur soi» et à une «défaite de la pensée».

Le ministre a également rappelé que «314 faits de violences racistes hostiles aux musulmans» ont été recensés en France en 2009, affirmant avoir «donné les ordres les plus stricts pour que les auteurs soient identifiés, arrêtés et remis à la justice».

Pour sa part, le résident du Conseil français de culte musulman (CFCM), Mohamed Moussaoui, a exprimé son indignation profonde face à «la triste série de profanations qui frappe nos mosquées, les tombes de nos morts et les stèles de nos soldats».

Il a, notamment, appelé les autorités concernées à «tout mettre en œuvre pour arrêter et punir sévèrement les auteurs de cet acte odieux».

M. Moussaoui a réitéré sa demande de mise en place d'une mission d'information parlementaire sur les actes antimusulmans.

De son côté, le sénateur et maire socialiste de Strasbourg, Roland Ries, avait dénoncé «le climat délétère de notre société qui encourage malheureusement les extrémistes de tous bords et ouvre la voie à ce type d'actes inqualifiables».

Cet «acte odieux» avait déclenché une vague d'indignation de la classe politique et des représentants des trois religions en France.

L'Union des églises protestantes d'Alsace et de Lorraine et le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) avaient manifesté mercredi leur solidarité avec la communauté musulmane.

Cette nouvelle profanation intervient quelques semaines après la décision unanime, juin dernier, du Conseil municipal de Strasbourg de construire un cimetière musulman sous gestion publique d'une superficie de 25.000 m2, une première en France où l'Etat ne finance pas de tels projets, permise par le droit spécifique local de la région Alsace-Moselle

Par MAP

A lire également :

Discours de Brice Hortefeux après la profanation de 18 tombes à Strasbourg

Le ministre des Cultes, Brice Hortefeux, a dénoncé vendredi à Strasbourg la multiplication "inadmissible" des agressions contre la communauté musulmane

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu