Avertir le modérateur

26/12/2009

Chronique d'une racaille : La télé & le pain quotidien

Les écrans de télé sont des écrans de fumée... La télé transforme la réalité à son avantage...elle pétrit les faits, les malaxe, les triture...et les sert à voir, tous chauds, sortis tout droit du four de la propagande médiatique... De l'info fraîche, des reportages croustillants, des interviews savoureux...

C'est que certains médias sont d'excellents serveurs qui travaillent sous la tutelle du chef cuisinier qui est l'Etat. Ce dernier a essayé une nouvelle recette. Il l'a intitulé « Le grand débat sur l'identité nationale ».  Consciencieux, il a élaboré la liste de tous les ingrédients nécessaires : l'Arabe, la banlieue, le musulman, la burka, la délinquance, le voile, les minarets en Suisse,... Voilà une excellente mixture pour réaliser une bonne ratatouille à la bonne franquette... Il s'est affairé donc, avec amour et patriotisme... Voilà, c'est fait...Attention...c'est chaud...à savourer les yeux fermés ! Et en effet, si j'arrive à ingurgiter ce potage insipide (préparé dans la vielle marmite des vieux clichés) si facilement, c'est que je suis esclave de l'image et de la myriade d'émotions qu'elle suscite, prisonnier du spectacle visuel et des pulsions qu'il provoque : l'instinct grégaire et le repli sur soi : c'est que la peur a bon goût, les préjugés (juger avant de connaître), ont une bonne odeur et l'Autre dans tout ça...a bon dos : Stigmatisé, condamné, dépersonnalisé... Ce n'est plus un humain, c'est une menace réelle ou potentielle. Dans les deux cas, il est menaçant !

Les idées reçus portent bien leur nom : on reçoit des tas d'idées qu'on a n'a pas demandé à l'instar de ces pubs intempestives dans nos boîtes aux lettres et dans nos mails. La formule est accrocheuse, le propos alléchant, ... De quoi éveiller notre gourmandise émotionnelle !

Et ce festin virtuel a un prix : la redevance télé que je paye chaque année pour cultiver mon  ignorance et mon abrutissement. Conséquence de quoi, j'en oublie les vrais problèmes qui minent la France de l'intérieure : le chômage galopant, il court il court le chômage...le chômage du pays joli...pardon ! Je m'égare...je disais donc l'exclusion, les discriminations, la baisse de popularité de Sarko, la pollution, les sans-abri, la crise financière...etc.etc.

Alors, c'est décidé...voilà ma 1ère résolution 2010 : changer de boulangerie ou  de crémaillère, arrêter de consommer le pain médiatique qui m'est servi au quotidien... Autrement dit, j'éteinds ma télé... Je VIS avec les gens ... « c'est la meilleure source d'information et de connaissance d'un fait » me répétait un ami. Et de conclure : « Pour connaître un peuple, une population, il faut vivre avec lui, et non pas se contenter de l'observer à travers l'œil de Judas qu'est la télé... »

Billet paru dans le Mika Déchaîné (mensuel guadeloupéen)

Par Majead At-Mahel

 

 



http://www.islamenfrance.fr

Alain Soral : La France, les minarets et l'Islam

L'Entretien Vidéo mensuel d'Egalité & Réconciliation avec son président Alain Soral ...

 

A lire également :

Tribune Alain Soral : A l¨ombre du minaret en flammes !

Cadeau de Noël patriote: Le plan marketing de Fdesouche

 

 



http://www.islamenfrance.fr

La Banlieue s'exprime face à l'islamophobie des Patrons Juifs de France

Après avoir couronné Brice Hortefeux du « Prix de la lutte contre le racisme et contre l’antisémitisme », l’UPJF refait parler d’elle avec une « blague » douteuse publiée sur son site...

(capture écran : Upjf.org)

(JPG)

Je le dis avec force, le racisme, la xénophobie et l’antisémitisme n’ont pas leur place en France (...) il n’y a pas de place dans notre pays pour les extrémismes, d’où qu’ils viennent ». C’était le 13 décembre dernier. Brice Hortefeux se posait en pourfendeur du racisme. Le ministre de l’Intérieur recevait ce jour-là le « Prix de la lutte contre le racisme et contre l’antisémitisme » de la part de... l’Union des patrons et des professionnels juifs de France (UPJF). Cette distinction suscitait immédiatement la polémique. Guillaume Weill Raynal, auteur d’Une haine imaginaire : contre-enquête sur le nouvel antisémitisme publiait sur Marianne2.fr une tribune édifiante sur cette organisation qui osait couronner le ministre de l’Intérieur meilleur militant anti-raciste de l’année.

Mais apparemment une polémique ne pouvait leur suffire. Voilà que l’UPJF remet le couvert. Cinq jours seulement après avoir honoré le ministre de l’Intérieur, un « billet » était publié sur l’ Upjf.org, le site de l’organisation. Intitulé « Sur Mars comme sur la terre : photos exceptionnelles de la planète ! », ce « billet » est une succession de clichés de la planète rouge. La dernière image vaut le détour : on y voit un groupe de Martiens manifester sous une banderole « Musulmans, restez chez vous », une pancarte à leurs pieds : « Mars for Martians » !

L’article a depuis été retiré. Mais la page - Internet a de la mémoire - est restée accessible « en cache » plusieurs jours (1). Contacté, Menahem Macima, le webmestre du site, « assume » totalement « sa responsabilité » et « ne [veut] pas que les dirigeants de l’UPJF prennent sur eux ». C’est lui qui a publié ces photos et c’est lui aussi qui, dit-il, a pris la décision de les retirer. L’homme fait preuve d’un incroyable aplomb : « A l’UPJF, nous ne cachons pas nos convictions. Nous défendons bec et ongle Israël. Même si parfois nous nous montrons critiques envers sa politique, nous faisons bloc. »

Et pour ce qui est de la photo des Martiens ? Tout juste ce retraité veut-il y voir « un moment d’humour mal placé » : « J’ai reçu ça d’un internaute. J’ai trouvé ça rigolo. Certains veulent y voir de la haine de l’islam. Moi je trouve ça comique, un point c’est tout ». D’ailleurs, pour lui, les « photos sont belles » et le texte nuancé : « C’est écrit “Restez chez vous” et pas “Rentrez chez vous” ». Et de poursuivre : « La France a perdu la tête. Aujourd’hui, vous pouvez rouler le pape dans la merde, mais vous ne pouvez pas toucher une plume de l’islam. C’est pourquoi je veux bien reconnaître une faute de goût, mais que je précise dans le “contexte actuel” qui est un contexte de peur. L’islamophobie est devenu le nouveau mantra. »

Reconnaît-il au moins que d’avoir publié ces photos qu’il trouve « comiques » seulement quelques jours après la polémique suscitée par la remise du « Prix de la lutte contre le racisme » est, au minimum, malvenu : « C’est Brice Hortefeux qui a déclaré récemment qu’on était quand même débordé, qu’il y en avait trop ? Lui est ministre : il s’en est sorti... » Et apparemment il a libéré la parole...

(1) Elle ne l’est plus depuis la parution de l’article (article réactualisé le jeudi 24 décembre à 17h45).

http://www.marianne2.fr/Polemique-l...

Pour vous monsieur Menahem Macima, qui avait apparemment le sens de l’humour !!!

(JPG)

Source : LaBanlieuesexprime

 



http://www.islamenfrance.fr

25/12/2009

Mobilisation dans toute la France pour la Cause Palestinienne

Certes défendre la cause palestinienne n’est guère gratifiant : l’adversaire est de taille et il semble remporter toutes les batailles, tant sur le plan des armes que de la propagande. A quelques réserves près néanmoins, puisque l’opinion publique est, de l’aveu de tous les sondages, de moins en moins dupe, de plus en plus concernée par un déni de droit et de justice qui met en péril la paix dans le monde et qui semble vouloir instaurer la loi de la jungle dans nos sociétés.

Et si les citoyens qui s’indignent n’expriment pas encore tous leur indignation, on constate néanmoins que cette expression grandit, mûrit, prend forme. Moins au travers des rassemblements et manifestations, davantage par le biais du vote, de messages adressés à nos dirigeants et aux médias. Chaque action pertinente proposée rassemble un nombre croissant de citoyens et d’associations locales, régionales ou nationales, comme l’ont montré les mobilisations contre la tenue, en France, de galas au profit de l’armée israélienne, les protestations contre la venue des dirigeants sionistes en France, ... La Cause Palestinienne existe !

 

Tariq Ramadan à Vaulx-en-Velin samedi dernier devant 1500 personnes : " En l'espace de 20 ans, en 1967,  73% des Européens sont pro-israéliens, Aujourd'hui  67% des Européens sont en faveur des Droits Palestiniens "

 

 

Mobilisations en France

Chambéry (73)
Manifestation silencieuse lundi 28 décembre 2009
Rendez-vous de 18h à 19h place des éléphants.

Clermont –Ferrand (63)
Rassemblement mardi 29 décembre 2009
Rendez-vous à 17h30, place de Jaude (coté centre Jaude).


Lille (59)
Rassemblement et manifestation dimanche 27 décembre 2009
Rendez-vous à 11h métro Wazemmes

Lyon (69)
Rassemblement le 27 décembre 2009
Rendez-vous place des Terreaux, à 14h30


Marseille (13)
Rassemblement dimanche 27 décembre 2009
Rendez-vous à 16 h à Angle Belsunce, Canebière

Montpellier (34)
Marche le 28 décembre
Rendez-vous à 18h Place de la Comédie (devant l’Opéra)

Nancy (54)
Rassemblement le mardi 29 décembre 2009
Rendez-vous à partir de 17 h Place Maginot

Romans (26)
Rassemblement mercredi 30 décembre 2009
Rendez-vous à 17 h 30, place Charles De Gaulle.

Saint-Denis (93)
Rassemblement dimanche 27
Rendez-vous à partir de 13h devant la Basilique

Saint-Malo (35)
Rassemblement mardi 29 décembre 2009
Rendez-vous à 12h Porte Saint-Vincent à Saint-Malo pour une marche dans les rues de l’Intra-Muros jusqu’à la cour de la Mairie où nous avons demandé un rendez-vous auprès du Député-Maire.

Thionville (57)
Rassemblement mercredi 30 décembre 2009
Rendez-vous à 14h 30 Place aux Bois
Ce rassemblement se fera autour d’une cage en grillage et de piles de colis de produits de première nécessité interdits, symbolisant le blocus de Gaza et l’occupation de la Palestine.

Tours (37)
Rassemblement-veillée de solidarité samedi 26 décembre 2009
Rendez-vous de 15h30 à 17h environ place Jean Jaurès

Trappes (78)
Manifestation dimanche 27 décembre 2009
Rendez-vous à 15h30 à Trappes devant la Maison de la Justice et du Droit, sur le parking devant l’ancienne mairie. Nous nous rendrons Place de la Paix

La Courneuve (92)
Rassemblement solidaire dimanche 27 décembre 2009
Rendez-vous Allée du Progrès (Ciné Etoile) à 15h30

Paris (75)

Rassemblement-manifestation dimanche 27 décembre
Rendez-vous à 15 h place Denfert-Rochereau
Puis un recueillement est prévu sur le parvis de Notre-Dame de Paris de 17h30 à 19h30

http://www.islamenfrance.fr



http://www.islamenfrance.fr

Pas de burqa sous le sapin de Noel

Faire diversion, c'est un art dans lequel excellent les politiques et surtout en France. C'est un Noël de crise, la consommation ralentit, les cadeaux se font plus rares et plus modestes.

Le moment est donc bien choisi pour relancer le débat sur le port du voile intégral ! Évidemment, on ne va pas vous parler de chômage, d'éducation, mais de religion, c'est de saison.
Le groupe UMP à l'Assemblée nationale française, le parti présidentiel, va déposer une proposition de loi prohibant la burqa ou le niqab dans tout l'espace public, sous peine d'une amende de 1500 euros par infraction constatée. Mais cela n'a rien à voir avec une quelconque stigmatisation de l'Islam, assure-t-on dans les rangs de l'UMP.
Le député Jean-François Copé explique que cette interdiction a trait à deux choses: premièrement, le respect des femmes et deuxièmement, la question de l'ordre et de la sécurité publics.
Bien. En premier lieu, il faut rappeler l'envergure de ce problème et dire qu'il concerne à peine 2000 femmes dans l'Hexagone. Elles doivent se sentir flattées de retenir autant l'attention des députés, tout de même divisés sur la question de l'interdiction. Ces femmes sont pour la plupart des «volontaires».


Les services de renseignement français ont ainsi pu affirmer que les trois quarts de ces femmes étaient françaises et 25% converties. Ceux qui plaident en premier lieu pour le respect des femmes seront donc surpris. On ne peut pas imposer la dignité contre la liberté, a-t-on exprimé devant la mission parlementaire sur le voile intégral.
En deuxième lieu, les partisans de l'interdiction avance l'argument de l'ordre et de la sécurité publics. Combien de femmes en burqa ont commis braquages et agressions? Ce sont lles qui jettent des pavés dans les vitrines? On se plaint de ne pas pouvoir les reconnaître, imperméables qu'elles sont aux caméras de surveillance.


Et que fait-on pour les cagoules? Il y a bien plus d'encagoulés qui se baladent dans les rues que de femmes en burqa. Et ceux-là, on ne les reconnaît pas facilement non plus et ils sont bien plus nombreux à troubler l'ordre et la sécurité publics. S'ils sont également visés par la loi, il y aura du boulot pour les policiers en charge de leur coller 1500 euros d'amende. Et encore, ils pourront toujours dire qu'ils se sont déguisés ou qu'il fait très froid, deux situations exceptionnelles prévues dans la proposition de loi.
Le débat sur l'identité nationale nous avait déjà servi quelques belles phrases sur le port de la casquette à l'envers. L'interdiction du voile intégral promet d'alimenter les conversations du café du commerce. C'est au ras des pâquerettes.


À l'approche de Noël, on aura eu droit au référendum malheureux des Suisses sur la construction des minarets, muets, contrairement aux clochers, mais qu'il faut interdire. Les Français ont pris le relais en diabolisant le voile intégral. Cela fait beaucoup de concentration sur la place de l'Islam en Europe.
Pendant ce temps, les pères Noël envahissent les rues. On ne les reconnaît pas dans leur accoutrement eux non plus. Tous pareils.
Et on a connu plus de braqueurs déguisés en père Noël que revêtus d'une burqa.

Geneviève Montaigu

 



http://www.islamenfrance.fr


Harry Roselmack revient sur l'affaire du mouton dans le coffre

Après les vives polémiques qui ont éclaté en réaction à ses dernières enquêtes en immersion, Harry Roselmack accepte de répondre point par point aux critiques. Dans un entretien à TV Magazine où il n'élude aucune question, le journaliste défend son travail sur TF1. Interview vérité.

Une association a souhaité déposer plainte contre vous et un des intervenants dans votre reportage pour maltraitance sur un animal vivant [l'abattage clandestin d'un mouton pour l'aïd]. Êtes-vous bousculé par cette polémique ?
Non, car elle est née d'une manipulation et d'une faute professionnelle grave, celle d'un confrère de la presse régionale. La seule chose qui m'inquiétait était que cette polémique nuise à notre tournage et mette notre équipe en danger, mais ça n'a pas été le cas. Donc, aujourd'hui, je suis plus soulagé que déstabilisé.

Vous accusez un confrère de manipulation. C'est fort tout de même...
Ce journaliste a écrit un article en m'attribuant, sans doute dans une recherche de spectaculaire, un geste qui n'a jamais été le mien. Je ne faisais que suivre une personne, comme le font tous les reporters. C'est de la malhonnêteté intellectuelle.

Est-il facile de se faire entendre quand on est placé ainsi au cœur d'une polémique durant quelques jours ?
Oui et non. J'ai pu répondre par le biais d'une dépêche AFP, et le journal en question m'a proposé un droit de réponse sans que je le demande. J'ai donc pu me faire entendre. Mais quand les dégâts sont provoqués, il reste toujours des traces. Enfin, tout cela n'est pas très grave. Si le fait d'aller sur le terrain, de rencontrer des gens et de raconter des expériences risque d'atteindre mon image, ça n'est pas un problème. Aujourd'hui, je pratique mon métier comme je rêve de le faire, avec plaisir et en mesurant parfaitement ma responsabilité. Je vais continuer. Je ne suis pas là pour soigner une image, mais pour faire mon métier. Avec ces formats en immersion, je touche ce que je souhaite vraiment faire. Il n'est pas question pour moi de renoncer. À partir du moment où je peux me regarder dans la glace en considérant que mon travail est honnête, que je n'ai trahi personne ni travesti quoi que ce soit, tout va bien.

L'information par l'image passe parfois par des mises en scène ou des arrangements. Cela fut-il le cas dans cette histoire de mouton à Marseille ?
Pas du tout.

Que souhaitiez-vous montrer en filmant un tel délit, et pourquoi avoir choisi un cas d'abattage clandestin alors que nombreux musulmans en France respectent la réglementation en vigueur ?
La réponse sera apportée lors de la diffusion du film, probablement à la fin du mois de février. Je n'élude aucune question, mais je ne peux pas tout dire maintenant, car le tournage se poursuit. Nous ferons sur l'islam ce que nous avons fait sur les banlieues. L'idée est de montrer des réalités, des pratiques parfois dérangeantes et même illégales, mais en les présentant de manière nuancée et argumentée.

Que répondez-vous à cette élue UMP de Marseille qui vous accuse de sensationnalisme ?
Dans cette affaire, ce qui m'a un peu chagriné, c'est la faute du journaliste. J'en suis un et je ne comprends pas qu'un confrère puisse, alors qu'il était présent et m'a interrogé, manipuler la réalité et l'arranger dans un but sensationnaliste et en contradiction totale avec les faits.

Ensuite, qu'une élue fasse de la basse politique et tente de se faire mousser avec une affaire comme celle-là, je le regrette, mais cela ne m'étonne pas. Elle sait sans doute pourquoi elle a dit ça et quels étaient ses intérêts à ce qu'une telle polémique éclate. Mais la vérité sera dans le film, car tout ce qui s'est passé a été filmé. Il n'y a donc aucun souci.

N'est-il pas délicat de traiter sous de tels formats des sujets aussi sensibles que le militantisme religieux ?
Je le redis : ce qui est polémique, c'est la mauvaise interprétation d'une situation de tournage. Seul le film et son commentaire pourront faire ou ne pas faire polémique le jour de la diffusion. Il est important de ne pas s'arrêter aux diverses idées reçues, a priori et amalgames.

Brigitte Bardot a dénoncé votre « lynchage » médiatique...
Là aussi, la réaction est basée sur une manipulation de la vérité.

Un peu avant, les téléspectateurs vous ont vu en immersion dans la banlieue de Villiers-le-Bel, et certains ont critiqué votre approche du sujet, sous-entendant que vous auriez été prisonnier de la ligne éditoriale de TF1. Quelle est votre réponse ?
Je ne comprends pas l'accusation. Quelle ligne éditoriale ? Le principe de ce format repose sur une rencontre avec des personnages et, en fonction de ce que l'on observe, des questions sont posées. Il n'y a pas de ligne éditoriale préparée, c'est le terrain qui la définit. C'est d'ailleurs l'originalité de cette émission. Nous ne sommes pas allés chercher quelque chose à Villiers-le-Bel ou à Marseille. Nous avons simplement rencontré des gens et observé leur manière de vivre.

On vous a aussi reproché d'aborder ces thèmes en plein débat sur l'identité nationale, et alors que s'ouvre la campagne des élections régionales prévues en mars...
Je suis journaliste et je traite les thèmes d'actualité. Ceux-là en sont et le résultat de ces enquêtes est plus un déminage des questions sensibles qu'une volonté de mettre de l'huile sur le feu. Je ne comprends pas ces critiques.

Pourquoi n'avez-vous pas pu vous installer au cœur de cette cité, comme cela avait été imaginé initialement ?
Pour les médias comme pour les gens de l'extérieur, il n'est pas évident de s'y faire admettre. Si j'avais décidé de prendre un appartement à Villiers et d'y vivre durant un an, cela aurait sans doute été possible. Mais l'une des réalités des quartiers et des cités populaires d'aujourd'hui, c'est que l'on n'y entre pas comme ça, que l'on s'appelle Harry Roselmack ou Dumoulin. On peut être autorisé un jour et refusé le lendemain, après la circulation de certaines rumeurs.

Quelles étaient ces rumeurs ?
On a imaginé que certaines personnes avaient été payées pour témoigner dans notre reportage. Cela est plus le fruit d'une sorte de paranoïa que d'une manipulation. Certains dans la cité n'ont pas compris que d'autres avaient accepté de coopérer sans intérêt financier.

Un problème de plus en plus fréquent pour les journalistes...
Il est vrai que de plus en plus de gens demandent à être payés, même pour une interview. Ce que nous refusons toujours par principe.

Vous avez donc décidé de déménager parce que cela devenait dangereux ?
Nous n'avons pas cherché à défier cet « ordre » d'évacuation. On nous a demandé de partir de façon courtoise mais ferme. Nous savions qu'en restant nous aurions eu des difficultés pour poursuivre notre travail. Dans ces quartiers, certains estiment qu'ils ont un rôle de protecteur, un rôle qu'ils se sont attribué et que les autres, en partie, leur reconnaissent.

(L'intégralité de l'interview  sur Tvmag)

 



http://www.islamenfrance.fr

Islamophobie : Agissons par le dialogue

Salam alaikoum mes très chers frères et soeurs,

J'espère que chacun d'entre vous se porte bien et que vous prenez bien soin de vous et des vôtres.


Il est un fait que le débat sur l'identité nationale dévoile des plaies qui ne cicatrisent pas... La France et son passé coloniale aime les amalgames, les musulmans seraient TOUS arabes, immigrés... TOUS en difficultés pour s'intégrer, "casquettes à l'envers", enfermés derrière "une prison de tissu", des femmes "soumises à leurs maris"...

Nous oublions que certaines personnes embrassent l'Islam et se sentent totalement oubliés dans cette stigmatisation, pire que d'être dénigrés, les convertis sont ignorés par leur mère Marianne, sortis de leur culture française et assimilés à des immigrés...

L'atmosphère est à l'islamophobie généralisée et personne n'est inquiété pour des paroles qui stigmatisent une religion ou un corps social. Il est devenu admissible, voir un vrai sport national, de rabaisser et montrer du doigt le vilain musulman extrémiste...

Il est temps de réagir, mais pas de la manière qu'aimerait les détracteurs de l'Islam. Dialoguons mes frères et sœurs, faisons l'effort et prenons notre patience comme arme pour mener ce combat. La route sera longue et difficile mais nous savons les uns et les autres que c'est la seule solution pour que la situation change...

Je vous aime mes frères et sœurs et j'aimerai que chacun d'entre nous prenne les choses en main, pour Allah, nos enfants, nos familles, nos frères et sœurs qui s'enferment dans le silence, pour nos petites sœurs qui versent leurs larmes à cause de cette stigmatisation.

Nous ne baisserons pas les bras, relevons la tête mes frères et sœurs. Nous sommes des milliards sur cette terre, multipliez par le nombres de générations qui sont passés depuis la création de l'Homme, le nombre doit être plein de 0. Imaginez qu'Allah nous a choisi nous pour être Ses serviteurs, nous sommes des privilégiés, rendons grâce, soyons conscients, soyons forts, soyons fiers de défendre ce présent qu'Allah nous offre! Notre foi, notre Islam...

Je suis fier d'être nommé terroriste et intégriste si cela veut dire être musulman!


Votre frère Youen "Abdelhaqq" Cariou

 

Grande manifestation de commémoration organisée par le Collectif Cheikh Yassine

Gaza, un an après: la tragédie continue et nous n'oublions pas!

Grande manifestation

Dimanche 27 décembre 2009 14h départ
place de la République, métro République




Omar - Tante Aïcha, je fais toujours des cauchemars, toujours les mêmes…

Aïcha - Viens mon fils... et dire que ça va pourtant faire un an que notre malheur est arrivé... un an déjà… une éternité!

Omar - Explique-moi encore pourquoi ils nous ont bombardés alors que j’étais en train de jouer devant la maison avec Yasser et Nada ? Tu sais, ils me manquent trop… maman aussi… tu me dis toujours qu’ils sont au Paradis mais... Pourquoi nous ne sommes pas partis avec eux ? Je serais en train de jouer avec eux, et maman me ferait encore le gâteau que j’aimais trop …

Tu pleures tante Aïcha ?! Tu vois, toi aussi tu pleures alors que tu me dis toujours de ne pas pleurer !

Aïcha - Mais toi ce n’est pas pareil... toi tu es un homme !

Omar - C’est vrai ça que je suis un homme ! Regarde, touche mon visage, tu sens ma moustache ? Je vais bientôt avoir neuf ans.

Aïcha - Approche toi… Ah ! ça c'est une vraie moustache de résistant !

Omar - Tu sais, toi aussi tu as bien le droit de pleurer ! Yasser et Muhammad, ton mari et ton fils tu les aimais, alors c’est normal que toi aussi tu pleures! Moi, c’est surtout la nuit que j’ai du chagrin ! Comme la terrible nuit avec maman, tu sais quand les bombes sont tombées sur notre maison et l'ont détruite. Maman avait du sang sur la tête et je croyais qu'elle dormait... je me suis allongé à côté d’elle parce que j’avais peur ! On a dormi trois nuits comme ça ! J’avais peur de me lever et de laisser maman toute seule, elle avait froid, très froid… Tu pleures encore tante Aïcha ? … Après des gens sont venus nous aider… et ils ont amené maman au Paradis. Elle te manque aussi maman, pas vrai ?

Aïcha - Oui, beaucoup ! Elle et tous les autres…

Omar - Dis tante, j’ai faim, j’aimerais bien du beurre sur mon pain et du chocolat dans mon lait, oui... oui... oui… je sais tu me l’as déjà répété mille fois... les Israéliens empêchent la nourriture d’entrer à Gaza !!!

Aïcha - Ne perds pas espoir mon petit! Bientôt inchAllah… tu auras tout ce que tu veux !

Omar - Même une maison ?! On pourra enfin quitter cette tente où il fait très froid ; j’en ai marre de la pluie qui rentre partout ?

Aïcha - InchAllah ! Ne perds pas espoir mon fils !

Omar - Mais ça fait déjà des mois que tu me racontes la même chose! Dis-moi pourquoi les Israéliens n’aiment pas les enfants palestiniens! Pourquoi ils détruisent leurs maisons ? Pourquoi ils tuent leur maman et leurs frères et ne laissent pas entrer les jouets et le chocolat ? Et puis tu es toujours en train de me dire toujours qu’il y a beaucoup de gens, des musulmans et des chrétiens qui vont venir nous aider ! Où sont-ils tous ces gens dont tu parles mais que je ne vois pas? Ils ne sont pas aussi nombreux que les Israéliens ?

Aïcha - Ah ça non mon fils ! Je peux te dire qu’ils sont des centaines de fois plus nombreux que les occupants sionistes, mais…

Omar - C’est quoi leur problème alors?

Aïcha - Tu sais, lorsque le troupeau de moutons est solidaire le loup n’arrive pas à les tuer ! Mais lorsque les moutons s’éparpillent et ne s’occupent pas de ce qui arrive à leur frère -imaginant stupidement que ça ne va pas les atteindre - et bien là, le loup peut les manger un à un jusqu’au dernier. Parce que le loup, il aura toujours faim… et les moutons ne sont que des moutons même si certains parmi eux partagent la cour du loup le temps du festin…

Omar - Oui ! Mais nous, nous ne sommes pas des moutons!

Aïcha - C’est juste une image pour te dire qu'il y a beaucoup de personnes dans le monde qui ne se préoccupent pas de ce qui nous arrive ; ils pensent et ils agissent comme les moutons éparpillés !!!

Mon fils, tu es presqu’un homme, n’est-ce-pas ? Dis-moi que plus tard tu ne renonceras pas à défendre tes frères?!

Omar - Ah ça surement pas ! Jamais ! Je serai inchAllah comme al-Qassam, le grand résistant, tu te souviens des histoires que tu m’as racontées sur lui !

Tu verras quand je serai plus grand, moi et mes copains on fera tomber le mur et je t’apporterai tous les médicaments dont tu as besoin mais que tu n’arrives plus à obtenir depuis des mois...

Aïcha - C’est bien mon fils ! Je vois que tu as déjà bien compris que c’est sur toi que reposent tous les espoirs de notre terre. Sur toi et sur tous ces hommes libres de Notre Palestine qui ont choisi depuis toujours la RESISTANCE …

Omar - Oui ... Mais quand même, moi, je suis sûr que nous avons besoin de tous ces gens qui sont partout dans le monde ; ceux dont tu disais toujours pendant les bombardements, qu’ils allaient nous sauver ! Crois-tu qu’ils pensent encore à nous ?! L’autre jour, j’ai vu sur l’ordinateur de l’oncle de Ziad le film d’une manifestation qui a eu lieu pendant les massacres ! Il m’a dit que ça se passait à Paris, en France. Tu ne peux même pas imaginer ma tante... Des gens, il y en avait des milliers dans les rues ; on aurait dit qu’ils étaient tous devenus des Palestiniens ! Je t’assure on aurait même pu croire qu’ils allaient réussir à démolir le mur de la honte qui nous emprisonne…

Tante Aïcha, pourquoi tu te remets à pleurer?!...

Aïcha - C'est vrai ça; c’est seulement avec eux tous que nous parviendrons à libérer notre terre de Palestine inchAllah … Les gouvernements sont bien trop occupés à collaborer avec les criminels sionistes!!! Regarde ! Même les Egyptiens, nos soi-disant frères, ils sont en train de construire un mur d’acier pour mieux nous étouffer encore!

Tu as raison mon grand ! Il n’y a bien que les honnêtes gens qui peuvent encore nous aider ! On espère juste qu’ils ne nous ont pas oubliés... quoi qu'il en soit, on va bien voir ce qui va se passer dans les prochains jours... D’habitude, quand il y a des génocides comme celui de Gaza ; les gens ont l’habitude de se réunir pour montrer aux survivants qu’ils n’ont pas oublié les victimes...

Omar - Alors si ce que tu dis est vraiment vrai! Il devrait y avoir encore plus de monde pour nous... car les survivants comme toi et moi, même vivants ils sont presque morts! J'espère bien qu'ils ont compris ça les gens, que c'est chaque jour que notre tragédie continue!!!...

Collectif Cheikh Yassine
06 20 29 28 81

Pour mieux se souvenir...


Une enfant de Gaza témoigne
envoyé par sayfuddine. - L'info video en direct.








 



http://www.islamenfrance.fr

24/12/2009

Noël 2009 : Les musulmans ne sont pas indifférents à la fête

Noël n’est pas une fête musulmane, mais les musulmans ne sont pas indifférents à cette fête.

La fête de la Nativité n’est pas une fête musulmane. Les fidèles musulmans ne le fêtent pas parce qu’en Islam, la naissance, ou la mort d’une personne, quel que soit son statut, n’est pas une occasion de fête.

Chez les musulmans, la fête est déterminée par le Coran et la Sunna du prophète (SAW). Noël chez-eux, est une occasion de manifester un sentiment de reconnaissance et de sociabilité entre les hommes. Pour certains d'entre eux, le musulman a un devoir de présence sociale et d’être citoyen à l’égard de ceux avec qui il vit en cité.

"Quand on vit avec quelqu’un dans la cité, on ne peut pas rester indifférent à une situation de peine ou de joie. Il est normal que si je ne suis pas de la même religion, que je puisse l’assister et le supporter en période de peine ou de joie. Donc à l’occasion de Noël, il est un devoir pour les musulmans de souhaiter bonne fête à leurs voisins", a laissé entendre l’imam Ilboudo. L’imam ne trouve pas d’inconvénient à ce que les musulmans partagent le repas des frères chrétiens le jour de Noël, excepté ce qui leur est interdit.

Dans le cadre du dialogue inter-religieux, le Coran comporte un message essentiel pour le renforcement des liens sociaux. Le message de l’imam est que chaque croyant reflète les vertus édictées par sa religion pour préserver la paix dans notre pays. Chaque croyant doit être le promoteur de la paix.

 

http://www.islamenfrance.fr

 



http://www.islamenfrance.fr

Islamophobie : Minarets, foulards, casquettes, débats ...

Le vote suisse interdisant la construction de minarets a replongé l’Europe occidentale dans une psychose collective, notamment chez les classes dirigeantes qui ont remis au goût du jour le danger de la présence de musulmans chez eux et la peur de l’Islam d’une façon générale.

il ne faudrait surtout pas sous-estimer la portée continentale du référendum suisse ainsi que ses retombées inquiétantes. Le vote suisse contre les minarets représente un tournant dans la façon dont l’Europe s’apprête à gérer l’avenir de l’islam et de ses musulmans sur son continent.


En effet, depuis le dimanche 29 novembre 2009, toute une parole populiste et xénophobe s’est libérée faisant craindre des lendemains difficiles pour les millions de citoyens européens de confession musulmane. De la Belgique à la France en passant par l’Espagne, l’Italie et jusqu’aux Pays-Bas, c’est le même climat délétère qui prospère : l’hostilité à la deuxième religion européenne progresse. Ce lourd climat risque de se renforcer dangereusement, comme en France où le président Sarkozy n’a pas hésité pour rebondir sur le  vote de ses voisins en initiant un débat sur ce qu’il appelle l’identité nationale française. Le but est clair, stigmatiser la seconde religion de France et ce n’est pas la leçon de Nadine Morano, ministre typique de la France franchouillarde, qui le contredira. Le Pen paraît un enfant de chœur devant l’islamophobie propagée par le gouvernement Sarkozy.  Heureusement que l’honneur de la France des droits de l’homme est sauvé par sa partie qui, non seulement, fait état de sa consternation devant le réveil de thèses fascisantes mais aussi tente d’expliquer que le paysage sociologique de leur pays a été bouleversé par près d’un demi-siècle d’immigration étrangère massive.
Le métissage, chanté auparavant comme un plus pour une France vieillissante, a été transformé par le sarkozysme comme le danger des dangers. La France officielle n’a même plus honte de verser dans un racisme affiché qu’elle assume. L’islamophobie ne date pas d’aujourd’hui mais la nouveauté principale est qu’il gangrène peu à peu l’ensemble de la société européenne. Ce n’est plus ce phénomène marginal qui faisait honte aux élites, l’opinion publique européenne est chauffée par des médias de moins en moins scrupuleux. Le matraquage médiatique dont font l’objet les musulmans dans différents pays européens a impliqué le renforcement des stéréotypes négatifs et des préjugés. Les partis de la droite, traditionnellement humaniste, enfourchent sans scrupules leurs extrêmes qui eux ont toujours fait de la peur de l’islam un cheval de bataille. Et au sommet des États se revendiquant de démocratie exemplaire, certains s’aventurent à développer une animosité croissante à l’égard de la religion musulmane, comme la France qui se paie un ministre de l’Identité nationale. Les musulmans d’Europe sont aujourd’hui plus discriminés. Ce n’est pas une baliverne. C’est écrit sans fioritures dans un rapport de l’Open Society Institute, qui a établi que l’islamophobie ne cesse de s’accroître en Europe depuis cinq ans, où vivent 15 à 20 millions de musulmans.


Son constat est le fruit établi par une enquête qui a concerné des musulmans dans 11 villes de 7 pays de l’Union européenne : Amsterdam et Rotterdam (Pays-Bas), Anvers (Belgique), Berlin et Hambourg (Allemagne), Copenhague (Danemark), Leicester et Londres (Grande-Bretagne), Marseille et Paris (France) et Stockholm (Suède).


L’étude démontre clairement que la discrimination religieuse est le principal obstacle à une participation pleine et égale des musulmans au sein de leur société d’adoption. “Les hommes musulmans nés en Europe éprouvent le plus de discriminations et de traitements injustes de la part de la police”, “les élèves musulmans continuent à souffrir du racisme et des préjugés dans les écoles et sont confrontés à de faibles attentes des enseignants” et bien que les jeunes musulmans européens aient une plus grande confiance dans leur capacité à effectuer des changements locaux que les personnes plus âgées, “un nombre croissant de ceux qui se présentent à des fonctions politiques font face à des réticences de la part des partis en raison de leur origine ethnique ou religieuse”, a conclu l’étude.  Un autre organisme, l’OSI établi le même constat.


L’organisme européen estime que l’interdiction récente des minarets en Suisse est un signe évident que le sentiment antimusulman est un véritable problème en Europe, réfutant la conviction du résident français selon laquelle l’identité religieuse est un obstacle à l’intégration. L’OSI suggère une véritable intégration des musulmans avec leur participation dans les élections locales. Mais ses recommandations sont loin de faire l’unanimité au sein de la classe politique, particulièrement française. L’OSI pense que le débat sur l’identité française dérape et qu’il serait plus approprié d’initier un débat sur les discriminations, facteur empêchant l'intégration des musulmans.


Montée d’agressions, de discriminations en matière d'emploi, d'éducation et de logement à caractère islamophobe en Europe, c’est également la constat de l'Observatoire européen des phénomènes racistes et xénophobes (EUMC), qui publiait la semaine dernière son rapport annuel. Son rapport précise que les actes de discrimination et les manifestations d'islamophobie, qui vont des menaces verbales aux agressions physiques, restent sous-déclarés. Les données relatives à des incidents à connotation religieuse sont collectées de façon limitée au sein de l’UE où seule la Grande-Bretagne publie une liste de crimes racistes qui identifie spécifiquement ceux commis contre les musulmans.


L’EUMC appelle à rendre obligatoire une formation de la police à la diversité culturelle, de veiller à l'intégration dans les écoles et d'encourager une couverture médiatique équilibrée afin d'éviter de stigmatiser les musulmans. Quelque 13 millions de musulmans vivent dans les 25 pays de l'UE, soit 3,5% de la population de l'ensemble.

Par : Djamel Bouatta

http://www.islamenfrance.fr

 



http://www.islamenfrance.fr

L'Islam en France : Rassemblement à Paris contre l'Islamophobie

Un rassemblement a eu lieu ce mercredi 23 décembre contre l'islamophobie et pour exiger la démission de Nadine Morano qui a tenu des propos islamophobes et insultant envers notre communauté ainsi qu'apporter notre solidarité à nos frères et soeurs de Castre qui on subie une profanation de leur mosquée par des neo-nazi.


Les manifestants on également montré leur solidarité avec les Marcheurs contre le blocus de Gaza, et nos frères et soeurs de Palestine, de Tchetchenie, du Yemen, du Turkmenistan, ...

 

Déclaration commune contre l'islamophobie


" Nous exprimons notre indignation suite aux propos tenus ce 13 décembre par Nadine Morano, secrétaire d'Etat chargée de la famille et de la solidarité.
Celle-ci a déclaré devant 300 personnes, lors d’un débat sur l’Identité Nationale à Charmes, dans les Vosges :

"Moi, ce que je veux du jeune musulman, quand il est français, c'est qu'il aime son pays, c'est qu'il trouve un travail, c'est qu'il ne parle pas le verlan, qu'il ne mette pas sa casquette à l'envers."

Tenus dans la ville natale de l'écrivain raciste et anti-dreyfusard Maurice Barrès, ce sont des propos méprisants, islamophobes, qui incitent à la haine raciale, d'autant plus scandaleux qu'ils émanent de la bouche d'une ministre de la République.

Nous y voyons un nouvel exemple de ces "dérapages contrôlés" qui caractérisent le débat sur l'identité nationale voulu par Nicolas Sarkozy. Ce débat est orienté depuis ses débuts dans une perspective raciste et islamophobe. Les arguments du président Sarkozy, pour justifier ce débat étaient de cet ordre : " on ne peut pas vouloir bénéficier de la Sécurité sociale sans jamais se demander ce que l’on peut faire pour son pays … ", plus loin : " il n’y a pas de place en France pour la burqa ".

Nous exigeons la démission de Nadine Morano du Gouvernement, et ce d'autant plus qu'elle n'en est pas à son premier dérapage (elle avait déjà tenu des propos racistes lors de la campagne pour les municipales en mars 2008).

Ces propos ayant été facilités par la mise en place d’un débat nationaliste aux relents xénophobes, nous exigeons la démission de ceux qui ont proposé et organisé ce débat, d’Eric Besson, ministre de l’Identité Nationale, à Nicolas Sarkozy, président de la République.

Ces propos ont été tenus à quelques jours de la Profanation de la mosquée Billal de Castres (nous tenons aussi à exprimer notre solidarité envers nos frères de Castres)

Nous dénonçons les actes commis contre la mosquée de Castres dans la nuit du samedi 12 au dimanche 13 décembre :
- suspension au bâtiment d'oreilles et de pieds de cochons
- dessins de croix gammées
- inscriptions racistes vantant le "White Power" (pouvoir blanc) et "la France aux Français".

De tels actes se répandent en France dans le sillage du référendum suisse sur les minarets qui a eu pour effet de libérer, en France aussi, la pensée et les actes xénophobes et islamophobes.

Ce climat délétère est également encouragé par le débat sur "l'identité nationale" que le ministre de l'immigration, Eric Besson a lancé dans la société française.

Nous qui avons condamné en son temps la création d'un nouveau ministère de l'Immigration, en charge de l'Identité nationale, de l'intégration et du "co-développement" devenu "développement solidaire" - soutient l'initiative citoyenne récente qui demande la dissolution de ce ministère.

Nous exigeons le retrait de toutes les lois islamophobes et racistes, en particulier la loi du 15 mars 2004 qui exclut de l’école publique les femmes et les filles voilées.

Paris, 17 décembre 2009


Premiers signataire : le CRI - Coordination contre le Racisme et l'Islamophobie, Mouvement citoyen pour la diversité (MCD), Collectif pour le droit et respect des parents d'élèves (CDRPE) , Association Culturelles des Musulmans de Villeneuve St Georges, Association Pour la Palestine, Respaix Conscience Musulmane, Réveil des Consciences, Marxistes Unitaires, IJAN Réseau juif international antisioniste (France), Association Franco-Marocaine des Yvelines (AFMY), Peace Breather, Alliance de la Jeunesse contre le Racisme, L'Exclusion et la Violence, NPA comité populaire 84 Avignon, Comité Action Palestine (Bordeaux), ...


Pour nous conctater et signé le texte :

Abdelaziz Chaambi 06 18 79 76 61 sultan69@aliceadsl.fr,
Mohammed Ben Yakhlef 06 14 14 34 35 respaix@gmail.com
Par Respaix Conscience Musulmane



http://www.islamenfrance.fr

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu